Les marchés nous réservent un futur doré

Très bon article de Nicolas Marmagne, XO Investments

 

https://www.allnews.ch/

 

La corona-crise a bousculé tous les actifs y compris l’or. Les injections de liquidités pourraient être les prémices d’une forte hausse du métal jaune.

©Keystone
MILLIONS… MILLIARDS…TRILLIARDS…

Les banques centrales n’ont pas tardé à réagir en ce mois de mars. Des centaines de milliards d’aide ont été annoncés avant que l’on commence à parler dans une autre unité de mesure : les trilliards. Ce sont donc des trilliards d’USD ou d’EUR qui vont être créés par les banques centrales pour juguler le ralentissement économique. Et tant pis pour la déforestation! Evidemment cet argent ne va pas être physiquement imprimé. Il va simplement être crédité dans les bilans des banques, voire directement versé sur les comptes des ménages. «L’Helicopter Money» pour reprendre les termes de l’ancien président de la Fed, Alan Greenspan.

Bilan de la Fed (trilliards USD)

Source: Bloomberg, XO Investments SA

L’impression massive de monnaie vise à éviter une déflation, soit une baisse des prix liée à la contraction de l’activité économique. Mais que constatons-nous pour le moment? Les prix de la plupart des biens essentiels progressent. Les masques évidemment mais tout le matériel médical ou les denrées agricoles. Mais la peur de l’inflation ou de la création monétaire a toujours un corolaire: l’or devient la valeur refuge ultime. C’est ce qui s’est passé dans l’Allemagne de Weimar ou plus récemment dans toutes les crises ou guerres (Ukraine, Syrie, Libye) quand l’or a progressé dans les monnaies respectives avec des populations à la recherche de la moindre pépite encore disponible.

Le future sur l’or vaut 50 dollars de plus
que le cours de l’or spot, censé représenter l’or physique.
L’OR EN HAUSSE

Après une phase de correction liée à des appels de marge au début du mois de mars, l’or a repris sa marche en avant débutée en 2015.

Cours de l’or (USD par once)

Source : Bloomberg, XO Investments SA

Son évolution est bien évidemment difficile à prévoir. Une manière d’anticiper ses mouvements à venir est de calculer un taux réel, soit la différence entre les taux d’intérêts et l’inflation. Les hausses importantes des cours de l’or apparaissent généralement quand les taux réels sont négatifs.

Taux réels à 10 ans aux Etats-Unis (core CPI) et cours de l’or

Source : Bloomberg, XO Investments SA

En effet, un régime de taux réel négatif implique l’érosion progressive de la valeur de la monnaie par l’inflation.

UN MARCHÉ PHYSIQUE ASSÉCHÉ

Comme pour beaucoup de matières premières il existe deux manières d’acquérir de l’or: soit physiquement, soit via des produits financiers. Cette deuxième solution, plus flexible, se traite par l’intermédiaire d’un contrat future sur l’or.

Traditionnellement et contrairement à des produits agricoles par exemple, il n’y a pas de différence de prix entre l’or physique et l’or papier (notamment en raison de la simplicité et du faible coût de stockage).

Différence entre le prix du future sur l’or et l’or (USD par once)

Source : Bloomberg, XO Investments SA

Le mois de mars vient nous apporter un phénomène nouveau dans ce domaine: le future sur l’or vaut 50 dollars de plus que le cours de l’or spot, censé représenter l’or physique. Il faut remonter aux années 1970 pour avoir des situations semblables, tant en niveau qu’en pourcentage. Les années 1970 qui, rappelons-le, ont débuté par une croissance fulgurante de l’or suite aux accords de Bretton Woods en 1971, avant de voir la Fed reprendre le contrôle en montant massivement les taux.

«La prévision est difficile surtout lorsqu’elle concerne l’avenir.»
Pierre Dac

Les causes de cette divergence peuvent être nombreuses: demande massive d’or dans une période de stress, arrêt de la production (les raffineries ont arrêté de produire pendant deux semaines au Tessin par exemple), difficulté de livraison, peur de l’inflation et des injections monétaires colossales évidemment.

Nous sommes dans une ère du «whatever it takes» pour les banques centrales. Le prix de l’or physique pourrait être le reflet de cette nouvelle étape dans l’impression monétaire mondiale.